Les cours, les examens...

Lycéens / Mes premiers pas dans le sup'

L’organisation des cours et des examens sont très différents de l’organisation dans l’enseignement secondaire et parfois très différents selon le type de formation suivie. Il est important de bien comprendre les attentes des équipes éducatives et du diplôme préparé, même en amont de l’orientation, pour se préparer et s’assurer d’avoir bien choisi !

D’une manière générale, et pour tous les établissements, les équipes éducatives attendent de leurs étudiants beaucoup d’autonomie et de rigueur de travail : les étudiants sont tenus responsables de chacun de leurs actes et de leur travail. Cette autonomie peut cependant être accompagnée de différentes manières selon les établissements : dans une filière universitaire, les étudiants sont plus seuls et livrés à eux-mêmes que dans un IUT ou une école où les équipes éducatives sont très présentes (notamment parce que les personnels sont plus nombreux pour suivre les étudiants).

Dans une filière universitaire

Les filières universitaires, notamment en première année, comptent souvent de très nombreux étudiants (de 80 jusqu’à 500 selon les universités et les filières). On peut donc vite se sentir noyé dans la masse et il n’est pas toujours évident de trouver les interlocuteurs ou de se faire de nouvelles connaissances. Ajoutez à cela des campus parfois très étendus, et on peut très vite se sentir perdu ou seul ! Les enseignants laissent une très grande liberté à leurs étudiants, le travail repose beaucoup sur du travail personnel et les initiatives de chacun, il faut donc savoir être rigoureux et se forcer à travailler. Souvent, le mieux c’est de travailler en groupe avec d’autres étudiants en prévoyant de vraies plages de travail : une demie journée sans cours, un soir dans la semaine ou encore le week end !

TDL’année universitaire est découpée en deux semestres. Les cours sont structurés en grandes matières, certaines étant plus importantes dans le diplôme que d’autres. Il y a deux types de cours : les CM (cours magistraux, en amphi souvent, avec parfois 100 à 300 étudiants) et les TD/TP (travaux dirigés, en format « classe », avec 30 à 50 étudiants). Les TD sont obligatoires : les absences non justifiées sont limitées et peuvent entrainer des sanctions sur les notes !

La plupart des établissements mettent en place un contrôle continu des connaissances : il y a régulièrement des examens tout au long de l’année. Cependant, il reste une part de « partiels » en fin de semestre. Il s’agit généralement d’une ou deux semaines d’examens.

Pour passer en année supérieure, il faut valider (obtenir la moyenne) sur les deux semestres : l’ensemble des notes sont regroupées, selon des coefficients, et une moyenne est calculée. En cas de moyenne inférieure à 10, l’étudiant bénéficie d’une session de rattrapage portant sur les matières pour lesquelles il a obtenu une note inférieure à 10.

Si j’ai validé un seul semestre, il se passe quoi ? dans certaines universités, il est possible de faire la moyenne des deux semestres : si j’ai obtenu 9 au premier et 13 au deuxième, la moyenne supérieur à 10 permet de passer en année supérieure. Dans les autres établissements, il existe souvent un système d’AJAC (Ajourné Autorisé à Continuer) : cela veut dire que je peux passer en année supérieure mais que les matières manquantes sur le semestre non validé devront être repassées pour valider le diplôme !

Une licence correspond à : 3 années ou 6 semestres ou 180 ECTS. Les ECTS sont des crédits que l’étudiant acquiert en validant les matières de son diplôme.

Dans une école

Les écoles exigent de leurs étudiants un important travail personnel. Les semaines de cours sont souvent chargées et il faut y ajouter tous les devoirs à rendre (souvent un par semaine et par matière). Cela nécessite une organisation très rigoureuse et un espace de travail approprié. Cependant, la plupart des écoles suivent leurs élèves et les équipes enseignantes peuvent être de véritables appuis ou soutiens pour les étudiants en cas de difficultés.

La plupart des écoles préparent des diplômes reconnus, qui ont des équivalences dans l’université (niveau bac+3, bac +5,…). Les examens s’organisent à la fois en contrôle continu et en examens terminaux. Dans certaines écoles le système de semestre existe mais c’est souvent un système annuel qui existe.

Attention : dans certaines écoles les appréciations des enseignants comptent autant que les notes, on peut parfois passer en année supérieure sans avoir obtenu la moyenne à l’ensemble de l’année.

Selon le domaine de formation, les rythmes de travail peuvent varier. Les charrettes, par exemple, ont cours en école d’archi : il s’agit du rendu d’une maquette, souvent dans un temps très restreint qui nécessite parfois de passer plusieurs jours et nuits à l’école. Il faut donc parfois se préparer à connaitre des périodes de travail et de stress intenses. C’est d’ailleurs souvent un aspect essentiel de la formation dispensée dans les écoles : la capacité à abattre une charge de travail importante dans un laps de temps réduit et à gérer son stress sont souvent les atouts recherchés par les entreprises quand elles recrutent des élèves sortant d’écoles ! attention cependant, certaines pratiques des écoles ont été dénoncées car fortement nuisibles à la santé des étudiants et il ne faut pas hésiter à alerter les syndicats étudiants en cas de doutes sur la légalité de certaines pratiques !

Dans une prépa

La plupart des prépas sont dans des lycées : l’environnement de travail ne change donc pas beaucoup ! en revanche, comme pour les écoles, il est attendu des étudiants une capacité de travail personnel importante : des devoirs à rendre presque chaque jour, des oraux à préparer pour chaque semaine, des exposés réguliers… les cours étant dispensés en effectif de 30 élèves, le suivi des étudiants est néanmoins facilité.

Les prépas ont pour objet principal de préparer à passer les concours des grandes écoles. Elles constituent cependant une très bonne porte d’entrée vers d’autres formations : on y acquiert une méthodologie de travail et une culture générale qui sont toujours utiles, qu’on souhaite s’orienter vers l’université, des écoles ou des grandes écoles !

Et si ça ne me convient pas ? il est toujours possible de quitter une prépa, même en cours d’année. Dans ce cas une orientation à l’université sera proposée pour terminer l’année ou poursuivre un cursus universitaire. En cas d’arrêt à la fin d’une année scolaire, elle est considérée comme validée par l’université d’accueil : si j’arrête ma prépa à la fin de la première année, je serais inscrit en deuxième année à l’université. Attention cependant à ne pas quitter sur un coup de tête ou après une semaine un peu difficile : les premières semaines notamment peuvent être très dures car les enseignants surchargent tout de suite les étudiants. Il faut souvent persévérer quelques mois pour trouver sa place et son rythme !

Dans un IUT

Les IUT sont rattachés à des universités et la validation des acquis fonctionnent sur le même principe. Cependant, le contrôle des connaissances se fait principalement en contrôle continu. En revanche, le suivi, le rythme de cours et de travail ressemblent plus à ceux qu’on peut trouver en école. L’IUT constitue souvent un bon compromis entre l’université et l’école ! Ces formations sont par ailleurs plus professionnalisantes que les formations universitaires, notamment parce qu’elles incluent des stages. attention : ces formations nécessitent d’être présent en cours et sont donc difficilement accessibles aux étudiants salariés, bien qu’il existe de plus en plus d’IUT qui mettent en place des dispositifs spécifiques pour les étudiants salariés.Cours-IUT-St-Malo